BIENVENUE AU DOMAINE DE CHALANIAT

HEBERGEMENT EN CHAMBRES D’HÔTES DE CHARME

CHALANIAT

Maison des champs de la famille Tixier, elle appartient à la fin du XVIIIe siècle, à Pierre Tixier, avocat, subdélégué de l’intendant d’Auvergne, maire de Clermont-Ferrand et à son épouse Marie-Thérèse Verdier, également propriétaires de l’enclos de Fontgiève aux portes de la capitale Auvergnate. La petite-fille du couple, Jenny Tixier d’Aubeyrat porte le domaine par mariage au début du XIXe siècle à Jean-Baptiste Charles Rodde de Chalaniat, fils cadet d’une famille considérable, anoblie par la charge de conseiller secrétaire du roi près la chancellerie de la cour des aides de Clermont, originaire du Cézallier, qui avait possédé le magnifique château de Lavaur à Neschers et le bel hôtel particulier de Montboissier, à Clermont.

La maison de maître du domaine est en mauvais état et Jean-Baptiste CharlesRodde de Chalaniat mène une importante campagne de restauration.

Ses frères aînés n’ayant pas de postérité, il continue la dynastie familiale et donne son nom au domaine, qui est celui d’une ancienne seigneurie que la famille possédait dans le Cézalier.

L’un de ses fils, Annet Edouard Rodde de Chalaniat est une personnalité exceptionnelle : savant naturaliste distingué, saint-cyrien, il aurait renoncé à la carrière militaire, refusant de prêter serment au nouveau régime en 1830. Il a vécu à Chalaniat en se livrant à l’étude des sciences naturelles et plus particulièrement de l’ornithologie. Il était notamment l’auteur d’un important catalogue des oiseaux observés en Auvergne, avait collaboré avec le Prince Charles Bonaparte, et possédait un riche collection d’oiseaux empaillés qui fut donnée à la ville de Clermont. Il disparaît prématurément à 46 ans, laissant de nombreux travaux non publiés, victime de son dévouement lors d’une épidémie de variole qui sévissait à La Sauvetat.

De son épouse, Anne-Marie Adèle de Douhet, Annet Edouard eut deux enfants : une fille religieuse du sacré cœuret un fils, Claude Charles, dont la fille Marie, dernière du nom, vendit en 1933, la propriété à M. et Madame Jean-Edouard Knocker. M Knocker, Français d’origine Britannique, diplomé de Sup-éléc et des Arts et Métiers de Lille, était ingénieur Michelin. Passionné par l’agriculture, mais aussi par l’architecture navale, il dessina de nombreux bateaux. Sa rencontre avec Bernard Moitessier et leur longue amitié le conduisit à dessiner le  mythique Joshua, avec lequel Bernard Moitessier remporta en 1968 la première course autour du monde en solitaire.

La fille de ce couple, Colette, reprend le domaine avec son mari . Leur petits-enfants Valérie et Philippe Richard poursuivent l’œuvre de conservation de cette demeure familiale.